S'identifier - S'inscrire - Contact

Foie gras et Cuisine de fête


Pommes de terre


Sandwichs, tartines & pizzas


Oeufs


Apéritifs


Astuces ;-)


Minceur et Forme


Indécent


Ustensiles


Hors-cuisine


Délicieuse journée "poisson-mayo"... qui m'a fait perdre 1 kg !

La truite de mer, un de mes poissons préférés, et idéal pour le régime ;-)

Par Caroline • Vendredi 19/02/2010 • Version imprimable

truite de mer mayonnaise

Thèmes cliquables : - -


Les médecins et publications disent que le poids des femmes est souvent très variable et instable (en fonction de l'équilibre hormonal et de la rétention d'eau, notamment). Mon poids à moi, mesuré chaque matin quand je monte sur ma balance, est au contraire si stable et logique qu'il me suffit de faire le compte, chaque soir avant de me coucher, de ce que j'ai mangé dans la journée, pour être à même de prévoir exactement combien je pèserai le lendemain matin. Je ne me trompe presque jamais (et, le cas échéant, de 100 g tout au plus).

Je trouve intéressant de ne pas avoir un poids erratique, car cela me permet d'évaluer avec précision l'effet de chaque aliment ou de chaque type d'alimentation sur mon amincissement ou, au contraire, mon gain d'opulence.

La truite de mer est assurément en tête de ma liste des aliments amincissants. Et c'est loin d'être sa seule qualité ! Allons-y voir en détail, et retraçons en photos toute sa préparation, siouplaît !

(N.B. - Vu que c'est vendredi, jour de poisson, et vu aussi qu'il faut fêter les vacances qui vont enfin me permettre de faire la grasse mat' demain matin, j'ai le plaisir de vous offrir enfin cet article en accès libre – il était auparavant réservé aux adorables personnes abonnées au "Journal de mon régime" qui ont payé leur écot pour le lire en avant-première, qu'elles en soient ici mille fois remerciées.)



Prix et poids net du poisson


D'abord, la truite de mer n'est pas un poisson cher : j'ai payé la mienne 8.€ le kilo sur ce marché parisien. C'est le long poisson gris et brillant que vous voyez sur l'étal, un peu isolé sur la droite, entre les raies et les soles (isolé car la mienne a déjà été prélevée, et se trouve alors entre les mains attentionnées de la marchande).



Extérieurement, la truite de mer ressemble au saumon. Intérieurement aussi, pour la couleur de sa chair (elle est d'ailleurs souvent appelée "truite à chair rose") :



Une fois qu'on a enlevé tous les déchets, sachez qu'il vous restera environ 35 % du poids d'origine. Eh oui, je sais, c'est peu. Mais cette chair est si bonne !

Tenez, celle-ci, je l'ai payée 16 € pour 2 kg bruts :



Et il m'en est resté environ 700 g de chair au total. Mais cela valait la peine : non seulement elle était délicieuse, mais en plus elle a donné un repas pour 5, soit 3 € par personne. Correct, non ? Il faut dire que c'est un poisson incroyablement rassasiant.



Allez, on se la prépare, cette truite ?



Préparation et cuisson au court-bouillon


D'abord il faut savoir que ce poisson, lorsqu'il est bien frais, est ultra visqueux. Il glissera dans vos doigts environ dix fois plus qu'un concombre inondé de savon noir : ingérable à mains nues !
Par conséquent, gants Mapa absolument indispensables. Ces gants, dont je réserve une paire strictement dédiée aux poissons, me permettent d'intervenir sur la bête avec une relative efficacité, et surtout sans trop de crainte, de dégoût ou d'états d'âme : je me sens protégée des dégueulasseries opératoires qui précèdent obligatoirement la dégustation.

• Commençons donc par le court-bouillon, ensuite on passera aux dégueulasseries :



Pour ce court-bouillon, je remplis ma plus grosse marmite (seulement 24 cm de diamètre, hélas, mais elle est haute) de 3 ou 4 litres d'eau, puis de ce que j'ai sous la main.

En général :
- du gros sel (pitié, mettez-en, c'est tellement meilleur ! 2 grosses cuillerées à soupe, sans problème)
- du poivre en grains
- une très généreuse giclée de vinaigre de cidre ou de vinaigre de vin blanc
- deux ou trois feuilles de laurier
- 1 citron coupé
- 1 bel oignon coupé en quartiers
- 1 carotte coupée en morceaux
- 3 gousses d'ail coupées en deux

Voilà. Avec cela, vous aurez un bon court-bouillon.
(Encore que rien ne vous empêche d'ajouter d'autres trucs que vous aimez.)

Maintenant, pendant que le court-bouillon chauffe sur le feu, préparons le poisson.
Hélas, je n'ai pas de poissonnière. Mais j'envisage sérieusement de m'en acheter une, car je trouve vraiment dommage de couper un si beau poisson (pas loin de 50.cm de long) en trois tronçons comme je suis obligée de le faire. C'est quand même un crime !

Coupons-lui la tête d'abord : je vais la mettre dans le court-bouillon pour donner du goût, et puis surtout parce que les joues de cette bête me reviennent de droit, miam... et qu'il faut bien qu'elles cuisent.



Vous coupez en biais des deux côtés, jusqu'à l'arête centrale :



Et vous arrachez la tête, avant de la plonger dans le court-bouillon qui bout depuis dix minutes :



Le temps que je prépare le poisson, la tête aura cuit et je la retirerai.

Dix minutes ? Quinze minutes, pour la tête ? Peu importe : le court-bouillon frémit, je ne le laisse pas bouillir durement, afin de ne pas abîmer la chair des joues.

Je sors la tête cuite :



Et là, euh... passez vite si vous avez l'âme sensible (c'est une étape réservée de préférence aux personnes "sévèrement burnées", comme diraient nos archanges de la courtoisie Bernard Tapie ou Jean-Marie Bigard) :



Vous écartez la peau pour déloger la joue :



Cette chair est d'une finesse tellement incomparable ! Si j'étais reine de France, je ferais faire des élevages de truite de mer pour pouvoir me faire préparer quotidiennement des repas de joues.



Oh là là ! Un pur délice !...

Je me régale sans réserve alors que, si vous songez seulement à ce que j'ai fait dans l'intervalle (pendant que la tête cuisait), vous conviendrez qu'il y avait largement de quoi me couper l'appétit.

Reprenons donc au stade où la tête a été mise à cuire.

Je suis obligée de couper le corps de la truite en deux tronçons, sinon elle n'entrera pas dans ma marmite. Ensuite, il faut retirer ce truc collé à l'arête centrale. Ce n'est pas bon, c'est comme du sang coagulé. En est-ce, d'ailleurs ? Je ne sais pas. Mais ce n'est pas du tout souhaitable dans la cuisson :



Vous décollez tout cela avec la lame de votre couteau – ça vient facilement, c'est juste un peu répugnant – et hop ! poubelle.

Vous rincez vite fait sous le robinet :



Et tout ce petit monde file à la marmite :





Vous couvrez et vous éteignez le feu :



Oui oui, vous l'éteignez !
Si cette fois je ne l'ai pas fait tout de suite (en fait, j'ai laissé mon poisson à frémir trois-quatre minutes sur la plaque), je vous confirme bien qu'il convient plutôt d'éteindre le feu et de laisser le poisson à couvert dans le court-bouillon pendant 20 minutes. Comme cela, vous aurez un résultat absolument parfait, d'une délicatesse difficile à atteindre par la cuisson dans un court-bouillon frémissant.

Ma religion : pour la truite de mer, rien ne vaut la lenteur d'un pochage dans une casserole éteinte !



Signalons toutefois que la truite de mer est un poisson qui souffrira moins que le saumon d'une éventuelle surcuisson. Même si son aspect, ici, semble évoquer une petite sécheresse au contact du point de coupe, en réalité il n'en est rien. La chair est tout à fait fondante :





Maintenant, vous allez dépouiller votre truite pour n'en garder que la chair exquise et tendre. Vous soulevez la peau :



Pas compliqué : elle s'enlève toute seule !



Mais à présent, vous distinguez sur le dessus ce qu'il va falloir gratter avant de lever les filets du poisson : ce dépôt grisâtre, marronnasse, qui est, je crois, une accumulation de graisse protectrice pour le poisson, mais je n'en suis pas sûre, je l'ai juste entendu dire.

En tout cas, ce dépôt grisâtre (qu'on observe aussi sur le thon et le saumon) n'a aucun intérêt pour nous, aimables consommateurs : pas bon sur la langue, cela j'en suis sûre !



Je commence au couteau pour vous montrer, mais ensuite je le fais avec les doigts : cela va beaucoup plus vite, il suffit de laisser glisser.

Autre avantage : avec les doigts, on n'écorche pas la chair du poisson.



Ci-dessous, c'est pour vous montrer toute la matière qu'on enlève.

(Quand j'ai vu la tête de mon doigt, j'ai failli reprendre une photo normale de mon index pour vous démontrer que ce boudin rougeaud ne peut pas m'appartenir... mais bon, à bas cette vanité qui retarderait inutilement nos opérations ! ;-))





Il ne vous reste plus qu'à lever les filets au couteau :



Les petites chutes de chair sont irrésistibles : un paradis de douceur dans la bouche...



Décollez les arêtes, et vérifiez tout avec le doigt. Les arêtes suivent un chemin logique, tâtez et n'en laissez pas. Quand le poisson est encore chaud comme cela, elles s'enlèvent toutes seules :



Et voilà ! Fini ! Tout est désarêté et délicieusement tiède.



Ci-dessus, il avait comme une sorte de nageoire qui dépassait de ce filet, non ? J'y ai mis bon ordre ci-dessous (que ces petits morceaux sont bons, mon Dieu !) :



A ce stade, moi, je couvre mon poisson d'un film en plastique alimentaire : je ne le mets surtout pas au frigo ! Car rien ne vaut un poisson servi à température ambiante, avec une bonne mayonnaise ou une vinaigrette bien arrangée :



Quand j'ai eu faim deux heures plus tard, je l'ai découvert :



Toujours aussi moelleux, voire davantage.



Je n'y ai pas été mollo sur la mayo :



Un pique-nique archi savoureux et décomplexé ! Je m'étais promis d'en manger autant que je le voudrais.



Je n'ai rien pris d'autre, cela m'a suffi. J'en ai tout de même refait un autre petit repas dans le courant de l'après-midi, j'en avais trop envie.

Le soir, je n'avais pas faim, j'étais d'une extrême bonne humeur.

Le lendemain j'avais perdu un kilo sur ma balance !

Et le surlendemain, je nous ai préparé (avec les restes de truite, ajoutés à des crevettes roses hachées) des accras maison de folie. Qui m'ont fait regagner le kilo perdu. Mais somptueux, j'en rêve encore, surtout trempés comme là dans de la sauce pour nems.



Pourquoi manger du poisson — enfin, tant qu'on en dispose ?


En France, on mange 30 à 34 kg de poisson par an et par habitant. Au Japon, c'est 50 à 70 kg (les estimations divergent mais l'idée principale reste : la France a une consommation moyenne près de moitié inférieure à celle du Japon).

Dommage qu'il reste si peu de poisson dans nos océans et nos rivières, car :

Le poisson, c'est bon pour l'intelligence des ados :
Une étude suédoise a montré une corrélation positive entre la consommation de poisson (au moins une fois par semaine, mais une consommation plus importante produit une corrélation plus forte) et l'évolution du quotient intellectuel pour une population d'adolescents évaluée successivement à l'âge de 15 ans puis à l'âge de 18 ans : à 18 ans, les ados qui ont consommé du poisson plus d'une fois par semaine durant les trois dernières années ont un QI supérieur de 12 % à celui de leurs comparses qui n'en ont pas mangé. Pour une fois que tout ne se joue pas avant 6 ans, ouf !!!...
Vous trouverez sur Internet un bon nombre de références à cette étude, publiée en mars 2009. (Le
compte-rendu de Libération.fr est celui qui contient le moins de fautes, et les commentaires sont amusants.)

C'est bon aussi pour le cerveau de nos vieux :
Pour les personnes âgées, une étude menée sur 2 000 septuagénaires norvégiens montre qu'à partir de 10 g de poisson consommés par jour, le déclin des capacités cognitives est ralenti (American Journal of clinical Nutrition 2007, n°86).
Une quantité de 75 g de poisson par jour constitue la dose thérapeutique (= celle à laquelle le consommateur accède au bénéfice maximum qu'il est possible de retirer de l'aliment). Ce qui représente une consommation totale de 27,4 kg par an, soit moins que la consommation moyenne française par habitant. Le souci c'est que la consommation moyenne française n'est pas bien répartie entre tous les habitants : beaucoup ne mangent jamais de poisson. Et les soupes de légumes et petites bouillies sucées à la paille par nos pépés et nos mémés ne leur apportent pas tout ce qu'il faut. Pensons donc rillettes, tartares, soupes de poisson pour nos chers vieux, autant que nous le pouvons.

Et c'est bon pour moi, qui suis "entre deux âges", cela je vous le certifie ! Je me régale sans me ruiner et en m'offrant de la mayo en prime, j'ai la joie de mincir, et quand j'en ai mangé, ma foi je me réveille le lendemain assurément pas plus bête que la veille...


Demain, pour fêter les vacances et compléter utilement ce beau poisson, je vous donne la recette illustrée de ce qui constitue mon plus précieux trésor culinaire, si j'y réfléchis bien : ma mayonnaise maison. ;-)


Retour à la page d'accueil




Articles portant sur des thèmes similaires :

Partagez cet article


Commentaires

journal de mon regime ? par bazzarette le Vendredi 19/02/2010 à 17:37

Bonjour Caroline, sans reponse a mon email, je me permets de vous demander ici-meme si le Journal de Mon Regime est definitivement arrete (je me pose la question car cet article sur la truite-mayo en faisait partie) ? L'offre de reabonnement m'est parvenue il y a quelques jours mais je ne sais quelle decision prendre... Merci de votre reponse !


Re: journal de mon regime ? par Caroline le Vendredi 19/02/2010 à 17:51

Bonjour Bazzarette !
Vous m'avez envoyé un email ? Absolument désolée, c'est que je ne l'ai pas eu, je vous aurais certainement répondu. J'ai eu des soucis techniques récemment avec mon serveur de réception, j'ai flingué plein de messages sans faire exprès, ce doit être cela (entièrement de ma faute !).
Pour le Journal, non je ne l'arrête pas mais il est vrai que je vous conseille de ne pas vous réabonner tout de suite : autant attendre que je le réalimente, ce qui viendra certainement, mais pas forcément dans les 3 ou 4 semaines qui viennent. Si vous le souhaitez, j'aimerais que vous m'envoyiez votre adresse email par le formulaire de contact des Culinotests (promis, je le guette, cette fois !) : et dès que je reprends la publication sur le Journal, je vous envoie un code gratuit pour me faire pardonner. ;-)
Encore désolée pour ma négligence, mais la prochaine fois comptez sur moi !
Caroline


par Lorraine le Dimanche 21/02/2010 à 23:10

Quel plaisir de lire à nouveau vos billets culinaires. Et bravo pour la prouesse de prendre des photos tout en maniant la truite de mer visqueuse !!


par sophanara le Mercredi 24/02/2010 à 19:29

je confime c'est délicieux, je viens de tester cette fameuse recette minceur et elle est à tomber. j'attends avec impatience la recette de la mayonnaise maison car la mienne venait tout droit du supermarché.


Comme la vraie par La cagouille le Samedi 27/03/2010 à 00:50

Bonjour Sophanara, (c'est un prénom?)

  La ligne, hommes, femmes sommes tous confrontés aux modèles sveltes présents dans nos médias, beauté, problème de santé … nous avons tous une bonne raison de se méfier de la vrai mayonnaise maison. Pourtant que c’est bon, moutarde jaune d’œuf et huile.

  Pour faire plus léger, ne pas jeter le blanc d’œuf, le battre en neige, l’incorporer à ta mayo classique, elle est « blanchie » mais le gout est conservé 

  J’ai cherché et j’ai trouvé une autre idée, remplacer l’huile d’arachide méchante pour nos rondeurs et notre organisme par une huile de paraffine vendue en pharmacie généralement utilisée pour des problèmes médicaux. Le gout est réellement similaire à une vraie mayo, en user néanmoins sans en abuser, les effets vous mèneraient directement dans l’isoloir de vos commodités, en courant évidement…
Mais c’est une bonne solution peu calorique et…peu courante, évidement (facile).

Plus sérieusement, je crois qu’il existe d’autres solutions avec de l’eau mais çà reste à creuser.
                                            Bien à vous, Claude
.  
                                     


Mince, alors ! par Lavande le Lundi 01/03/2010 à 14:23

je sais que tu dois être très sollicitée mais peut être que dans ta croisade minceur tu auras envie de t'associer à mon projet de magazine en ligne sur ce sujet. jette un oeil par là : http://www.lignepapilles.com/ma-ligne/
Peut être @ bientôt


par mamapasta le Dimanche 14/03/2010 à 17:34

le truc noir c'est l'aorte dorsale, je suis végé, mais j'ai appris l'anatomie du poisson dans une vie antérieure.....


par Aude le Lundi 22/03/2010 à 17:08

Bonjour Caroline,

Je n'ai jamais mangé de truite de mer sous cette forme (juste fumée).
Et j'aimerais savoir si ça ressemble au saumon niveau goût, vu que le saumon, autant je l'aime fumé ou en tartare, mais j'ai beaucoup de mal quand il est cuit.
Parce que c'est quand même drôlement appétissant sur les photos ...

Bien cordialement.
Aude


Re: par Caroline le Lundi 22/03/2010 à 17:24

Bonjour Aude,

Alors voyons voir... mmm... Ça se ressemble surtout pour la couleur, mais je trouve que pour la texture et le goût ça ne se ressemble pas du tout !
La truite est moins grasse, beaucoup moins grasse. La chair est fine et ne se détache pas en gros copeaux comme celle du saumon. Et au total, tout cela change énormément ce qu'on ressent.
Le goût non plus n'est pas le même : plus frais, tendre et moins profond pour la truite. Plus gras, avec arrière-goûts que je ne sais pas définir, pour le saumon froid.

Si l'on cherche un poisson à manger froid, pour moi il n'y a pas photo : c'est la truite, et uniquement la truite ! Le saumon, je l'aime soit cru, soit mi-cuit et chaud, mais froid je ne trouve pas ça génial du tout, moi non plus.

Alors ?...Ma foi, Aude, faut se lancer !!! Ma bénédiction et tous mes encouragements. Franchement, promis : ça vaut la peine.

A bientôt, j'espère avoir de bonnes nouvelles, mais remarquez, j'aime aussi une bonne critique bien vache ;-)
Caroline


Re: par Aude le Lundi 22/03/2010 à 19:25

Et  pour la bonne critique bien vache, vous comptez sur moi, c'est ça ?

Encore faudrait-il qu'il y ait matière !!!
Faites-nous un plat bien dégueu, et je ne vous louperai pas !

Je vais tester la truite, vous m'avez convaincue.

Merci pour votre réponse, rapide et complète, comme d'habitude.

Aude


truite arc en ciel par kervennic le Mardi 29/06/2010 à 02:12

 Bonjour,

Je suis pecheur amateur et j'habite en suede. Je peche la truite de mer et d'apres la photo, c'est tout sauf une truite de mer, mais une vulgaire truite arc en ciel d'elevage. Je me trompe peut etre mais pour moi la truite de mer est un poisson ultra luxe car entierement sauvage. 
Il y'en a tres peu en france, sauf quelques unes remontant les rivieres normande et bretonnes, pas de quoi fournir le mache parisien. Elles sont tres menacees (rechauffement, eutrophisation, barages)
En suede il y'en a encore quelques centaine de millier remontant les rivieres, mais les pecher dans les bonnes rivieres coute chere en permis et une fois en mer, elles sont beaucoup trop disperse pour faire l'objet d'une peche commercial. J'en peche une tout les trois sorties en mer environ et je ne pense pas etre mauvais pecheur, les filets sont interdits dans les zones ou elles sont nombreuses. Je n'en ai jamais vu en vente ici. C'est un poisson a proteger de tout urgence car fortement menace par les barrages et l'eutrophisation des eaux cotieres (assainissement des villas, agriculture). La peche sportive n'a pas d'impact negatif (sans association de peche, le poisson n'existerait meme plus dans la moitie des cours d'eau). 8 truite sur 10 relache en dessous de la maille (45 cm) finissent leur vie broye dans une centrale electrique pour nous fournir en electricite.


Re: truite arc en ciel par Caroline le Mardi 29/06/2010 à 08:12

Merci pour ces infos !
C'est effectivement une truite d'élevage, je suis sûre que vous avez raison là-dessus, mais peut-être tout de même d'élevage en mer ? En tout cas, le poissonnier n'a pas cherché à me la vendre comme une truite sauvage, encore heureux, c'est un homme honnête. Et puis, même si je ne m'y connais pas super bien en poissons, on voit bien la différence entre un poisson sauvage et un poisson d'élevage. Mais j'avoue que je ne sais pas très bien distinguer les types de truites les uns des autres.
Une truite de mer sauvage, je ne suis pas du tout sûre d'en avoir déjà vu, si c'est devenu aussi rare. Sniff...


Re: truite arc en ciel par kervennic le Mardi 29/06/2010 à 12:30

 Il existe une forme anadrome (migrant vers la mer) de la truite arc en ciel, equivalent de la truite de mer de nos cote qui est exactement de la meme espece que la truite arc en ciel de riviere classique. Cette varinte de l'arc en ciel se trouve naturellement aux etats unis (continent d'origine de la truite arc en ciel). Celle ci ne peut pas se reproduire a l'etat sauvage dans nos eaux (on ne sait pas trop pourquoi), mais il est possible qu'ils aient reussi a en faire l'elevage en mer.
Mais d'une facon generale, je pense que l'on reserve le terme de truite de mer a la truite fario anadrome.
Il y'a une difference de taille entre poisson d'elevage et sauvage. Le poisson d'elevage non bio est bourrre d'antibiotique (tres fragile, grosse mortalite), il est plus gras mais contient moins voire beaucoup moins d'omega 3 et plus d'omega 6 pro inflammatoire. Par exemple il est recommande d'acheter plutot du saumon sauvage pacifique (en vente surgele pas tres cher), qui reste abondant et peche raisonnablement (label msc) que du saumon norvegien qui est maintenant nourri avec du poisson fourrage surexploite et menacé et des complements trop riche en omega 6.
En ce qui concerne le saumon sauvage atlantique, il n'en existe plus sur le marche.

 http://www.dfo-mpo.gc.ca/Science/publications/uww-msm/articles/rainbowtrout-truitearcenciel-fra.html 


Re: truite arc en ciel par Caroline le Mardi 29/06/2010 à 12:48

Un grand merci pour ces infos ! Y compris celles sur les oméga 3 et 6 : cela compte pour moi, je vais y veiller davantage en regardant mieux les étiquettes, et en essayant de me dénicher du bio ou du sauvage pas trop cher.
Encore merci d'avoir pris le temps de nous donner ces explications.


par Recette Punch le Lundi 06/09/2010 à 15:18

 La truite de mer est magnifique. Bravo pour cette achat.


par Adé le Mardi 04/03/2014 à 12:49

Bien le bonjour !
Je dois avouer être une fana de saumon et de truite. Pourtant, votre recette ne me donne pas envie... Il est vrai que je mange plus de saumon que de truite. Mais les deux, je les prépare d'une façon semblable, au four, à griller. Je prend le grill, le chauffe avec du sel sur la plaque,quand il est bien chaud, je balance le poisson dessus, attend dix minutes et le mets au four pour re dix minutes, à 275 degrés. Sublime.
La truite a bien une chair plus fine. Cependant, le saumon sauvage est moins gras. J'essayerais votre recette, au moins pour me faire une idée. Ah, le gris que vous enlevez au couteau, c'est très mangeable. Gustativement, ça ne change quasiement rien. C'est plus fondant que la chair rose.
Bien à vous


excellente recette par Sophia2 le Jeudi 16/10/2014 à 20:17

La seule manière pour moi de faire manger ce poisson à mon homme c'est cette recette ! Elle permet notamment de bien enlever les arêtes comme vous l'expliquez si bien ;)


Truiteuh. par pompompidou le Lundi 06/04/2015 à 22:23

 Ça a l'air d'une vraie tuerie ! J'ai une envie de manger ça avec de la bonne mayo... Ah, la vache. C'est pas cool, de me donner autant envie avec mon budget d'étudiante è.é


Re: Truiteuh. par Caroline le Lundi 06/04/2015 à 22:30

C'est pas le poisson le plus cher ! ;-)

Si ce jour-là tu n'achètes que lui et que tu renonces aux barres de céréales, aux m&m's et aux tortillas (si tu es une étudiante normale ? lol...), tu vas te régaler, et encore le lendemain avec une copine ou un copain. Enjoy !

Si tu es à Paris, je te fais la mayo :-)


Re: Truiteuh. par Pompompidou le Mardi 14/04/2015 à 14:58

 Renoncer aux tortillas ? Aïe, snif. Bon. Pour ta recette, je serais capable de faire des sacrifices. Mais ne me demande pas de renoncer aux pompotes ! Bon, je ferais ta recette dans la semaine et je te dirais ce que ça donne. Je n'ai aucun doute de toute façon, ça va être mortel !
Ah, et ta recette de sandwich à l'agneau me donne tellement mais tellement l'eau à la bouche... (note à moi même, ne JAMAIS aller voir ton blog quand on a faim.)
Et non, je suis pas parisienne, je suis Bretonne ! Je vais devoir faire une croix sur ta mayo et me contenter d'une basse mayo industrielle u.u 


Re: Truiteuh. par Caroline le Dimanche 19/04/2015 à 10:35

Ah zut ! Dommage que tu ne sois pas Parisienne ! ;-)
Hier soir, avec ma fille, on s'est fait une ventrée de langoustines... bretonnes, et on a presque trouvé que ma mayo était encore meilleure que les langoustines ! ;-)))


Re: Truiteuh. par Pompompidou le Dimanche 19/04/2015 à 11:46

 On ne compte pas son argent devant les pauvres, c'est pas gentil ! Enfin bon, vu que je suis plus proche de la mer, au moins nos poissons sont très très frais. On se console comme on peut ! ;)


Re: Truiteuh. par Caroline le Dimanche 19/04/2015 à 12:03

Très jolie expression, je ne connaissais pas !
Tu parles des langoustines ? C'était un festin, il est vrai... mais si exceptionnel qu'à presque 20 ans, ma fille ne connaissait pas les langoustines. C'est fait maintenant ! :-)
(Elle a trouvé qu'il n'y a avait pas beaucoup à manger dessus, et elle m'a dit, criminelle : "Bon ben je vais me finir avec du surimi !" ;-))))


Re: Truiteuh. par Pompompidou le Lundi 27/04/2015 à 20:31

 Elle ne connaissait pas ? :o C'est étrange pour moi, on en mange très souvent. Enfin, on mange pas mal de poissons, dans tout les cas. :3 Vive la bretagne ! 


Re: Truiteuh. par Pompompidou le Samedi 12/03/2016 à 13:08

 Et voilà ! 
Un an après avoir découvert cette recette, je la teste enfin ! La truite est en train d'être pochée là, suite à tout le ramdam pour la préparer. Je voulais attendre ma colloc pour le spectacle mais comme cette feignasse est encore en train de terminer sa nuit, je l'ai fait sans elle. 
Pour le bouillon, j'ai mis du thym, du laurier, de l'estragon, de l'ail, un oignon, du sel, du poivre en grain, un poireau. Mais comme je n'avais pas de citron ou de vinaigre de cidre, j'ai rajouté du muscadet. Je pense que ça va le faire assez bien, j'ai hâte de gouter ! 
En tout cas merci pour la recette, c'était bien la première fois que je préparais un poisson entièrement, de A à Z.
On va manger ça avec du riz et de la mayonnaise. Et si ma collocataire n'aime pas, quel dommage voilà que je vais devoir la manger seule... Ah là là ! 


Re: Truiteuh. par Caroline le Samedi 12/03/2016 à 13:12

Ah génial !!! Tu nous tiens au courant absolument ?!!!


Re: Truiteuh. par Pompompidou le Samedi 12/03/2016 à 13:59

 Au final, j'ai beaucoup aimé, surtout avec la mayonnaise maison ! J'ai trouvé que j'aurais du saler un peu plus le bouillon, le poisson était un peu fade. Il m'en reste un peu là mais je n'en peux plus, surtout que j'ai fait du riz à coté, pour la colloc ! D'ailleurs, elle n'aime pas, elle m'a dit qu'en mangeant ce poisson, elle avait l'impression de boire la tasse, ça sentait trop la mer pour elle. Donnez de la confiture aux cochons, ça sera pareil... (mais elle a intérêt à finir son assiette, hein, oh.)

Mais ça manquait quand même un peu d'acidité, je trouve ! La prochaine fois, j'y mettrais du citron, sûr. Et c'est marrant, le gout de la truite ne ressemble pas tellement au saumon. Le saumon me parait plus rond en bouche, plus gras aussi, plus doux alors que la truite est un peu plus iodée, la texture est un peu plus ferme en bouche... Si je devais faire une comparaison, je dirais que le saumon est un vin blanc moelleux, assez fruité et rond, là où la truite est un vin blanc sec et boisé. Enfin, tu comprends. 

Bon au final, il m'en reste bien un peu moins de la moitié de la bête, je ne sais pas encore ce que je vais en faire... Va falloir trouver. Une idée ? 

La recette va entrer dans les annales, je crois ! Je la referais, sûrement. Et je te dirais demain combien de poids j'ai perdu, ahah :)


Re: Truiteuh. par Caroline le Samedi 12/03/2016 à 14:31

Aaaaah, passionnant.
Je vais m'en racheter une au marché (mardi peut-être).
Et te relire. Et comparer, à la lumière de ton avis. Ah merci Pompom', c'est stimulant ! :-)


Re: Truiteuh. par Pompompidou le Samedi 12/03/2016 à 19:25

 Il faudra que tu me donnes ton avis alors ! :)


par poisson le Lundi 08/06/2015 à 12:59

Ah oui les joues pour le poisson, à ne surtout pas oublier, c'est un peu l'équivalent du sot-l'y-laisse pour un poulet, moi celles que je préfère entre toutes ce sont les joues de légine.


par BIL le Mercredi 06/07/2016 à 13:48

Merci pour cette recette.
Par contre je confirme sur la photo le poisson est tout sauf une truite de mer.
C'est une truite arc en ciel d'élevage (qui s'élève en eau douce et non en mer).
La truite de mer est un écotype de la truite fario qui choisit d'aller grossir en mer sans pour l'instant que l'on sache trop pourquoi. Il n'y a pas de différences d'espèce entre une truite de mer et une truite de rivière.
Comme dit précédemment y a bien un écotype de l'arc en ciel qui migre de la même manière grossir en mer mais pas chez nous. Et on ne l'appelle pas truite de mer.


Re: par Caroline le Mercredi 06/07/2016 à 14:02

Ah d'accord ! Merci pour l'info, j'adore avoir le fin mot de l'histoire.
Si vous vous y connaissez autant en mayo qu'en poisson, vous devez vivre plutôt agréablement, dites !... ;-)



Liens commerciaux :


PUBLICITÉ




Présentation


Coup de coeur :

DÉCOUVREZ...


SITES et FORUMS "DIÉTÉTIQUE"


SITES et FORUMS de CUISINE

  • • Mon préféré : "SuperToinette"
    Recettes faciles (en photos), cuisine familiale, fiches techniques, et super forums où on cause de tout ! On peut chatter en plus :-)
  • • "Marmiton.org"
    25 000 recettes + notes et commentaires. Un must de l'interactivité, avec moteur de recherche hyper efficace.
  • • Chef Simon
    Toutes les techniques de cuisine appliquées à tous types d'aliments et d'ingrédients. Vous y trouverez plein de recettes et d'explications. Illustré et stimulant !
  • • "miam-miam, le site des aventuriers du goût"
    Du beau, du haut niveau d'art culinaire, des infos d'actualité mais aussi du pratique et rigolo (le frigo interactif).
  • • "AuFeminin.com"
    Un site riche en recettes et une ambiance "pro" plutôt sympa.
  • • "10000 recettes"
    Un basique. On y trouve à peu près tout.